· 

Orthographe et image de marque

De la dictée de papa à Google, l’orthographe est un critère de valorisation

Selon une étude OpinionWay pour Bescherelle de février 2020, 92 % des DRH interrogés estiment qu’une mauvaise expression écrite des salariés peut avoir un impact sur l’image de leur entreprise. La moitié d’entre eux affirment même qu’elle peut nuire à une candidature lors d’un recrutement.

 

Ainsi, à l’heure où nos outils digitaux sont devenus des partenaires du quotidien, n’est-il pas urgent d’améliorer notre niveau d’expression écrite ?

 

Quand le message disparaît derrière une mauvaise orthographe

Les entreprises sont de plus en plus conscientes que l’orthographe et la qualité de leurs écrits représentent un enjeu majeur. Certains directeurs généraux et DRH, se plaignent qu’aux fautes d’orthographe, s’ajoutent désormais de plus en plus souvent des problèmes de syntaxe. Aussi, au moment du recrutement, les annonces précisent de plus en plus souvent dans les profils de poste l’exigence d’une orthographe irréprochable. En effet, une mauvaise orthographe ou une grammaire française approximative entraînent de lourdes conséquences commerciales. Ainsi, selon une étude anglaise menée par Global Lingo, pour 59 % des internautes britanniques les fautes de grammaire ou d’orthographe sur un site Internet ou dans les documents publicitaires freinent les ventes. Ce frein est d’autant plus important que l’entreprise se positionne sur le marché du luxe ou des services aux entreprises…

 

En effet, pour l’industrie du luxe, synonyme de qualité et d’amour du détail, une mauvaise orthographe signe une forme de désinvolture qui contredit le gage de qualité que veulent véhiculer les marques premium. Quant aux entreprises de services aux entreprises (avocats, conseils, comptables, formation…), leur défaillance orthographique sera assimilée à un manque de rigueur général.

 

Mais ce n’est pas tout ! Contre toute attente, le digital remet l’orthographe au goût du jour. En effet, Google, dont l’algorithme répond à quelque 3000 millions de requêtes par jour, est de plus en plus exigeant quant à la qualité des contenus. Et Bert, le dernier algorithme du plus célèbre moteur de recherche montre que le PageRank (du nom de Larry Page, cofondateur de Google) est favorablement influencé par l’orthographe et la qualité du contenu éditorial d’un site.

Autrement dit, la technique selon laquelle il faudrait laisser traîner des fautes dans les pages d’un site pour répondre aux internautes qui formulent leur recherche avec des fautes est à proscrire !

D’autant plus que Bert est devenu encore plus performant dans la compréhension des fautes d’orthographe. En effet, grâce à une analyse contextuelle, il corrige les fautes, déduit et propose la bonne orthographe pour fournir les réponses les plus pertinentes à l’internaute.

 

Quand une mauvaise orthographe pénalise l’évolution des collaborateurs

La maîtrise de l’orthographe est également indispensable pour l’évolution de carrière et la montée en compétence des collaborateurs. Quelqu’un qui exprime bien sa pensée à l’écrit, de façon structurée et sans fautes d’orthographe, sera perçu comme plus compétent que quelqu’un qui en sait plus mais expose moins bien son savoir. Mais surtout, il se positionnera en ambassadeur valorisant l’image de l’entreprise.

Cette question est devenue d’autant plus cruciale qu’aujourd’hui, tous les collaborateurs de l’entreprise écrivent. Ne serait-ce que par les e-mails, qu’ils adressent à des clients, des fournisseurs ou des collaborateurs. Le filtre de la secrétaire d’hier, qui connaissait le Bescherelle par cœur et transformait l’immonde brouillon de son patron en lettre parfaite, n’existe plus.

Enfin, le succès des formations en orthographe-grammaire et en rédaction professionnelle démontre la prise de conscience des entreprises. À une époque de plus en plus connectée, où les échanges sont de plus en plus rapides, chaque collaborateur véhicule par son orthographe et son expression, l’image de l’entreprise.

 

L’orthographe a conquis ses lettres de modernité !

Vous l’aurez compris, l’entreprise n’a jamais autant produit d’écrits (e-mails, newsletters, journaux internes, rapports annuels, rapports RSE, réseaux sociaux, forums…). Ainsi, la maîtrise de l’orthographe et de l’expression représentent de réelles preuves de sérieux et de crédibilité, qui valorisent le message. À défaut, le message n’est pas bien reçu, pire, il est rejeté.

 

Agathe Bozon

Écrire commentaire

Commentaires: 5
  • #1

    lagarde (jeudi, 29 octobre 2020 09:48)

    Je suis aussi horrifiée par l'absence de vocabulaire. Et les dessins des enfants sont d'une pauvreté identique leur inculture

  • #2

    Josie de Bronque (jeudi, 29 octobre 2020 15:47)

    Très intéressant et bien écrit, vous avez tout à fait raison et je suis ravie d'apprendre que Google réhabilite l'orthographe. Merci Agathe

  • #3

    Carine D (jeudi, 29 octobre 2020 16:07)

    Article très intéressant et très instructif. Très jolie plume.
    Merci beaucoup Agathe

  • #4

    C.B (jeudi, 29 octobre 2020)

    Analyse claire intéressante qui nous convainc pleinement de l’importance de l’orthographe.
    Le message passe très bien. Bravo

  • #5

    Mathieu B (lundi, 02 novembre 2020 12:28)

    Merci Agathe pour cet article lumineux. Vous apportez de l'eau à mon moulin lorsque je me tue à expliquer aux commerciaux qu'un devis truffé de fautes est un client déjà perdu.